PEP : PROGRAMMATION HIVER 2017

La participation des patients dans la conception de technologies de télésanté : un projet de télésurveillance de patients cardiaques

Le 31 janvier 2017 de 12 h à 13 h, heure de l’Est

Sylvie Grosjean
Professeure agrégée
Département de communication
Université d’Ottawa

Dans cette présentation, notre objectif est de proposer dans un premier temps une réflexion autour des notions de patient partenaire (Patient Engagement) et de savoirs du patient (Knowledge Patient) dans la conception de technologies de télésanté. À partir d’une revue systématique de la littérature, nous verrons que l’approche du patient partenaire, qui est pourtant au cœur du processus d’innovation en santé (télésanté), reste un oubli majeur dans les modèles de conception mobilisés actuellement. Ensuite, dans un second temps, nous montrerons en quoi une méthodologie sur le design participatif permet de créer les conditions de l’engagement des patients et de l’émergence d’un savoir expérientiel rendu communicable et partageable. Pour illustrer notre propos, nous présenterons la méthode d’intervention proposée dans le cadre de la conception d’un dispositif de télésurveillance de patients cardiaques. Nous soulignerons en quoi le dispositif méthodologique mis en œuvre, fait du patient un véritable acteur de l’innovation en télésanté.


Activité physique et chirurgie de l’obésité : intérêts et limites

Le 1er mars 2017 de 12 h à 13 h, heure de l’Est

Aurélie Baillot
Professeure
Département des sciences infirmières
Université du Québec en Outaouais

La chirurgie de l’obésité est souvent considérée comme une solution de facilité. En effet, cette procédure est très efficace en termes de perte de poids et ne semble pas demander beaucoup d’effort de la part des patients. Cette conférence s’attardera justement à combattre cette idée reçue en présentant les bénéfices et les limites de la chirurgie de l’obésité. Par ailleurs, la pratique d’activité physique régulière est vivement recommandée lors de la prise en charge de l’obésité. Cependant, face à l’efficacité de la chirurgie de l’obésité, est-il nécessaire de proposer une prise en charge en activité physique ? Et quelles seraient les modalités d’intervention à offrir aux patients? Les évidences scientifiques disponibles pour apporter des éléments de réponse à ces questions seront présentées.


L’impact de stratégies d’orientation de l’attention sur la compréhension des histoires en lecture conjointe chez les enfants

Le 28 mars 2017 de 12 h à 13 h, heure de l’Est

Mélanie Perron et Annie Roy-Charland
Professeures agrégées
Département de psychologie
Université Laurentienne

La lecture conjointe fait référence à toute activité de lecture où un lecteur habile lit à un jeune enfant. De toutes les activités éducatives, elle est rapportée comme étant la préférée des enfants et des données empiriques soutiennent son rôle dans le développement des habiletés subséquentes en lecture. La présente conférence fait part de travaux examinant les effets de stratégies qui ont pour but d’attirer l’attention des enfants sur le texte (ex. pointer et surligner les mots) lors de la narration. Les résultats de ces travaux révèlent que les enfants passent plus de temps sur le texte lorsque des stratégies d’orientation sont utilisées. Cet effet est davantage marqué pour le temps sur le texte d’un livre facile que d’un livre difficile, et davantage chez des enfants de 2e année que de 1e année. Or, il faut noter que les gains sont, sommes toutes, modestes. Nous avons également examiné l’effet de ces stratégies sur la compréhension de la narration. Aucun effet n’est observé sur la narration pour des questions portant sur le contenu explicite de l’histoire. Par contre, des résultats complexes sont observés pour les questions portant sur le contenu implicite. En effet, une interaction triple montre que les enfants de 2e année seulement obtiennent des meilleurs résultats pour les questions implicites du texte facile et uniquement dans la condition où le texte est surligné.


L’aide médicale à mourir : réflexion entourant l’application clinique de la loi au Canada

Le 26 avril 2017 de 12 h à 13 h, heure de l’Est

Isabelle Marcoux
Professeure agrégée
Faculté des sciences de la santé
École interdisciplinaire des sciences de la santé
Université d’Ottawa

Cette conférence vise à présenter les critères d’application de la loi sur l’aide médicale à mourir au Canada et à susciter la réflexion sur les enjeux qui y sont associés.


Dépliant

Descriptions anglophones